#Chanecdote 11 : Le jour où mon chat a sauté par la fenêtre 

Temps de lecture : 4 min

Ou « Le jour où mon chat Malo s’est senti pousser des ailes », dans tous les sens du terme.

Pour la petite histoire, cette chanecdote remonte à l’époque où j’habitais dans un autre appartement, en centre-ville de Toulouse. Spécialement choisi – je précise – pour sa hauteur : il était au deuxième étage, donc pas de risque d’aller chez les voisins ou sur la route, et je me disais que c’était bien trop haut pour qu’un chat puisse s’échapper par la fenêtre. Ah ah. C’était mal connaitre les chats.

Petite précision, nous sommes en 2022 et Malo est en pleine forme donc pas de panique, cette chanecdote a un happy end.

Malo est un chat d’appartement (ou chat d’intérieur). Il a toujours connu ça et l’espace qu’on avait (60m2) avec une petite loggia pour qu’il puisse prendre l’air sans risque lui convenait.

Vu qu’il n’avait pas la possibilité de sortir, je le surveillais seulement au moment d’aérer la loggia, juste au cas où. Sinon il menait sa petite vie tranquille.

Mais LE jour arriva où, occupée à ranger le lave-vaisselle, j’ai eu l’impression d’avoir oublié un truc. Tu connais cette sensation où tu devais faire quelque chose mais que tu n’arrives pas à mettre la doigt dessus ?

« Oh mon dieu ! La fenêtre de la chambre ! »

Quelques minutes plus tôt, je l’avais ouverte pour aérer en veillant à refermer la porte derrière moi. Mais est-ce que j’avais bien vérifier que Malo ne s’y cachait pas ? Plus j’y pensais… et plus le doute montait.

A force de répéter les mêmes actions au quotidien, on finit par les faire sans plus trop s’en rendre compte. Tu sais, comme quand tu conduis pour aller au boulot et une fois arrivé.e tu te dis, ah mais je suis déjà à cet endroit ? C’est fou comme l’esprit peut complètement divaguer, mais heureusement que l’inconscient reste aux aguets !

Bref, ni une ni deux, je file dans la chambre en regardant sous le lit, histoire de voir s’il y était là-dessous… non, personne. Je regarde par la fenêtre en bas s’il y était… nada.

Pas un chat à l’horizon. Ça voulait donc dire que mon chat était bien à la maison.

Je me suis mise à le chercher pour rassurer ma conscience : sur le canapé, sur l’armoire où il adore se lover sur une couverture pour nous observer, dans les armoires… La recherche devient un véritable cache-cache pour arriver à l’évidence : Malo n’était plus dans l’appartement.

Ce filou de Malo ! Il avait dû se cacher sous le lit de la chambre et profiter de mes quelques minutes d’inattention pour filer en douce par la fenêtre.

Comment avait-il fait ? Le mur qui longeait l’immeuble était abrupt, sans balcon, sans rien pour s’accrocher quelques parts. Non ce n’était pas possible.

Mais il fallait bien que je me rende à l’évidence : mon chat venait de sauter par la fenêtre.

Mama mia je te dis pas dans quel état j’étais (pas bien du tout, qu’on se le dise), à moitié en train de sangloter, limite pleine de morves (sexy lady) et à imaginer le pire (j’ai tendance à faire ça malgré moi). ‘Et si je le retrouvais comme une crêpe ?’ ‘Je ne suis même pas capable de m’occuper d’un chat’ ‘c’est ma faute’. Bref, je culpabilisais à mort.

En deux deux, je suis en bas de l’immeuble, dans le petit jardin de la cour intérieure (et heureusement pas du côté de la route) et je me mets à l’appeler.

Ah qu’est-ce que j’aurais aimé que les chats sachent parler ! Comme ça il serait revenu vers moi en me disant : hé t’as vu Maman ? t’as vu ? t’as vu ? J’ai sauté ! et tout seul en plus !’

Heureusement je n’étais pas seule à ce moment-là, la sœur de mon copain m’a aidé à le chercher.

Je n’arrêtais pas de ressasser en m’imaginer tous les scénarios possibles : comment mon chat avait bien pu sauter les 2 étages ?? Il s’est cru sur une piste noire, le gars.

On s’est mises à chercher dans les buissons des terrasses du rez-de-chaussée et c’est là que ma belle-sœur l’a trouvé : chez les voisins, tout seul dans son coin, pas apeuré, juste immobile. Il n’avait rien ! Pas une seule égratignure !

Quel soulagement ! Et quelle frayeur inutile !

Mon chat Malo était tout content d’avoir pu découvrir un nouveau monde mais était un peu fatigué par ses exploits.

Bilan de cette chanecdote : les chats sont attirés par l’extérieur (et donc par les fenêtres et les portes), c’est plus fort qu’eux (surtout quand ils sont du genre curieux) et qu’une fois qu’ils y ont gouté ils vont vouloir en redemander. Donc pour éviter de les tenter – note pour moi-même – de pas laisser de fenêtres ouvertes sans avoir préalablement isoler ton/tes chats. Et en attendant d’avoir un jour une maison, nous avons déménagé dans un plus grand appart avec terrasse au 6ème étage ! et là normalement c’est beaucoup trop haut pour sauter ! enfin ça, c’est une autre chanecdote… à suivre !

Et je confirme, un chat est capable de sauter du 2ème étage ! J’ai de la chance que Malo n’ait rien eu.

Je ferais un autre article concernant les choses précises que j’ai mis en place pour éviter que mes chats ne sautent du balcon ou des fenêtres.

0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial